Tokyo 東京

J’aimerais, pour commencer, vous rassurer sur un point : on respire à Tokyo! Non, ce n’est pas une blague, vous verrez! Oui, il y a du monde, du bruit, des pubs partout, des grands carrefours qu’on traverse en 10 minutes. Oui, il y a de la circulation, c’est impressionnant de lumières et de gigantisme. Mais le cliché de tous ces gens entassés qui se marchent les uns sur les autres, c’est à oublier. Tout d’abord parce que le contact physique c’est pas trop dans les habitudes comportementales. Et surtout parce les mots clés de l’attitude japonaises sont : ne pas gêner l’autre. Car la gêne de l’autre est source de gêne personnelle dont l’autre ne saura comment se dépêtrer et ainsi de suite (un peu comme nos « merci Paul » « non, c’est moi Jacques »  » oh je t’assure Paul » « je t’en prie Jacques »…). Donc en pleine heure de pointe sur les avenues de Shibuya, personne ne se colle et ne se bouscule. Le Japon est bien réglé. Je sais, ça peut nous paraître contraignant, mais ça s’avère reposant.

Où dormir?

Nous sommes d’abord restés dans le quartier d’Ueno (ligne directe depuis l’aéroport). Nous avons passé notre première nuit au Japon auRyokan Katsutarô. Accès internet, douche, machine à laver, boissons chaudes. Nous étions dans une chambre privative avec futon et T.V., bouilloire,yukata. Ce ryokan est tenu par une famille qui parle peu anglais. A vrai dire je n’en ai pas un grand souvenir : on y est resté une seule nuit en plein décalage horaire… mais nous avons bien dormis! Il faut marcher 15 minutes depuis la gare.

Vous trouverez une épicerie en face de l’auberge. Le quartier est calme, vous pourrez vous balader dans le parc d’Ueno, le zoo ainsi que de nombreux temples et des rues commerçantes.

L’auberge de jeunesse Khaosan Tokyo Asakusa Annex conviendra aux plus petits budgets. Ne vous attendez pas à du luxe : c’est une usine! Mais les prix, vu la localisation (quartier Asakusa à 10 minutes du métro), sont très bas! (2000 ¥/pers/nuit pour un lit en dortoir) Il y a peu de douches mais de nombreux ordinateurs avec internet ainsi qu’une petite cuisine. Les lits ne sentent pas toujours très bons mais vu le prix, fallait pas s’attendre à mieux! L’auberge a ouvert un bar pas très loin et vous offre une conso à votre arrivée. Les boissons ne sont pas chères et c’est un bon moyen de rencontrer du monde!

A faire

Nous avons choisit, pour nos trois jours à Tokyo : Akihabara (le quartier électrique),Shibuya, Shinjuku, Ueno, Asakusa, le centre (Palais Impérial) et Ginza (Tsukiji). La grandeur de la capitale est à prendre en compte dans votre choix : le trajet entre deux activités peut être long. Et, même si on respire dans la rue aux heures de pointes, essayer d’éviter de prendre les transports en communs dans ces moments là.

Asakusa

Ce quartier est considéré comme un des plus anciens et des plus maintenu de Tokyo. On le visite facilement à pieds, et les ruelles sont agréables. On y trouve des magasins d’artisanat, des izakaya abordables, et de beaux temples. Notamment le Sensô-ji, impressionnant de grandeur. Il est illuminé le soir et retrouve son calme. En journée il est littéralement investit de boutiques de souvenirs et d’étals d’artisans! Si vous êtes, en fin de voyage, en manque de cadeaux, c’est l’idéal!Il ne faut pas avoir peur de la foule, la vrai, où l’ordre auquel on c’est confortablement habitué pendant le voyage (nous avons finit nos trois semaines de Japon par Tokyo) n’est plus d’actualité. Je ne sais pas si c’est l’euphorie du commerce, la présence démesurée d’étrangers de tout horizon ou la foule attirée par le temple baigné de cerisiers en fleurs, mais c’est vraiment fatiguant et étouffant.

Ueno

Si vous êtes au Japon pour le Hanami (littéralement « regarder les fleurs ») allez voir le parc d’Ueno : la grande allée de sakura blancs vaut le détour. Si vous voulez y pic-niquer, levez vous tôt et allez réserver votre emplacement. Il vous suffit de poser une couverture et de revenir à l’heure de manger, personne ne vous prendra votre place. Pic-niquer sou les cerisiers en fleurs est une tradition. Vous verrez les parcs pris d’assaut et bondés.

Akihabara : le quartier électrique

Se balader dans ce quartier étanche la soif de salles de jeux, de mangas, d’écrans géants et de jeux vidéos. Vous trouverez de jeunes filles déguisées vous invitant à des bars à thèmes, des ventes, ou un magasin au coin de la rue. Tout est illuminé et coloré. Les magasins d’appareils électroniques vous proposent de tout à des prix hyper intéressants! Et même si ça ne vous intéresse pas, le quartier vous donne la vision délirante et excentrique du Japon des otakus et autres. Pour les amateurs de mangas, anime et jeux vidéos, attention à votre budget! On trouve tout ici, des dernières sorties au retrogaming, des boutiques de déguisements sur des étages entiers et j’en passe!

Le jardin Impérial

Le jardin est très vaste. L’entrée est gratuite! Nous avons eut la chance d’être guidé par un groupe de lycéens japonais voulant améliorer leur anglais (il se trouve qu’ils parlaient très bien!) Malgré les sakuras en fleurs, ils n’y avait pas beaucoup de monde. De ce fait, se balader dans le parc permet de souffler un peu des longues marches dans la ville. Le Palais Impérial peut se visiter, (sachez qu’il est ouvert au public le 2 Janvier et le 23 décembre) à certaines heures et en réservant à l’avance. Pour plus d’informations, allez voir le site (en anglais) : http://sankan.kunaicho.go.jp/english/

Tsukiji : le marché aux poissons

Pour profiter du plus grand marché de poissons au monde, il faut se lever tôt. Mais ça vaut le détour. Si vous voulez assister à la vente aux enchères du thon, l’espace est ouvert aux visiteurs entre 5h et 6h15 dans des zones prévues à cet effet. Voici un site (anglais) qui devrait vous renseigner : http://www.tsukiji-market.or.jp/tukiji_e.htm. Les consignes et horaires du marché changent, surtout regardez bien avant d’y aller.

Le marché a été victime de son succès et des visiteurs irrespectueux. Les professionnels se préservent donc aujourd’hui. Voilà pourquoi on vous remettra à votre arrivée les consignes de tenue à respecter. Gardez en tête que c’est un lieu de travail : les véhicules à deux roues et autres circulent sans cesse et ne feront pas attention à vous. Ne touchez pas les produits frais et restez à votre place : vous en sentirez la nécessité dès votre arrivée.  Vous trouverez quelques petits commerces, couteaux, épices et autres. Mais surtout, ne partez pas avant d’avoir mangé sur place. L’attente est longue mais la qualité et la finesse de ce que vous goûterez méritent un peu de votre temps. Vous trouverez une ruelle aux petits restaurants. Il y a souvent beaucoup de monde qui attends (un des resto avait une queue de plus de 20 personnes et une personne était dédiée au bon fonctionnement de la file d’attente). Nous avons opté pour un restaurant de sushis (à côté du spécialiste de donburi au poisson cru, à l’entrée de la ruelle, noren orange) : un régal.Les restaurants sont très simples : une dizaine de places attablées à un bars d’un seul tenant, les produits sont devant vous de même que les chefs qui vous préparent vos sushis et sashimis devant vous. Le prix est abordable pour la grande qualité  de ce que vous goûterez. attention, vous risquez de ne plus vouloir manger dans un restaurant japonais en rentrant en France…

Shinjuku

Nous y sommes surtout aller pour y boire un verre. Fervents lecteurs de Haruki Murakami, nous voulions voir le Shinjuku de nuit, pour boire un verre. selon les conseils du guide nous sommes allée au Golden Gaï. Nous avons tourné un moment avant de le trouver, ce bout de quartier. Derrière le sanctuaire de Hanazono (emprunter un escalier pour en sortir) vous trouverez ces ruelles minuscules composées uniquement de bars(tout aussi minuscules). On y loue sont siège pour la soirée. Nous ne sommes pas entrés dans les quelques bars qui acceptent les étrangers (Albatross, Bon’s…), mais nous avons déambulé dans les rue à l’abris des bulding, pour goutter au charme caché de Tokyo. Un village dans la mégalopole, des maisonnettes serrées les unes contre les autres, des néons coiffés de chats endormis, des plantes vertes et des bicyclettes noires. On en sort pour retrouver les avenues interminables, les lumières clignotantes et un quartier animé. Nous avons mangé dans un petit restaurant, accoudés aux comptoirs : le thème était « tout en brochette frites » : légumes, poissons, viande, fromage! On commande le nombre de brochettes, au fur et à mesure des envies. Je suis incapable de vous dire où c’était, mais si on vous tend une liste et un crayon dans un bar, c’est surement le même genre!

Shibuya

La première chose qu’on a eu envie de faire à Tokyo a été de traverser le célèbrecarrefour de Shibuya. Aux heures de pointe il est assez jouissif de traverser encore et encore ces passages piétons, photographiés des centaines de fois. Au delà de ce carrefour, vous trouverez des rues très commerçantes. Si comme beaucoup de japonais vous aimez le shopping n’hésitez pas! Beaucoup de magasins de fringues (Shibuya 109) sur plusieurs étages, l’incontournable Tôkyû Hands où vous trouverez des gadgets pour la maison, mais aussi un rayon beaux arts très complets, des articles de cuisines, papeterie, ou encore des jeux et jouets. Des cadeaux originaux sont à y dénicher! De nombreux disquaires dont Disk Union, où on a trouvé des vinyles d’occasions (parfois à 100¥) mais aussi des raretés. Il faut fouiller, mais en tant qu’amateurs de vinyles, on pourrait y passer des heures!

Les articles liés à la ville de Tokyo : tourisme, arts…

Publicités

11 réflexions sur « Tokyo 東京 »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :