Gion matsuri 祇園祭 : encore un des festival les plus grands du Japon!

Le mois de Juillet est apparemment le mois de Kyôto puisque se tient, à compter du 1 er au 31 juillet se tiendra le Gion Matsuri 祇園祭 ou Gion san. Lire la suite Gion matsuri 祇園祭 : encore un des festival les plus grands du Japon!

Publicités

Enoshima 江の島 : escapade balnéaire depuis Tokyo

Quand on passe un séjour à Tokyo, l’étendue de la ville et l’hyper activité permanente dans les quartiers les plus animés nous font oublier que l’on est à proximité de l’océan pacifique.

Alors voici une petite excursion vers l’île d’Enoshima que je recommande de manière isolée ou en combinaison avec une visite à Kamakura, toute proche.

sc215476
La foule se dirigeant vers Enoshima, Hiroshige, 1851

Lire la suite Enoshima 江の島 : escapade balnéaire depuis Tokyo

Cendres 灰, retour sur le documentaire

J’ai joué et j’ai gagné : 2 places pour la projection de Cendres ce mercredi à l’Utopia, en présence d’Idrissa Guiro. Merci Japon.info!

Il y avait étonnement peu de monde dans la salle (en raison du Rio Loco en pleine effervescence sur la prairie des filtres!?) quelques japonaises, une vingtaine de personnes.

GUIRO_Idrissa_PAVY_Melanie_2013_Cendres_00_sortieJe ne vais pas vous faire un résumé ici, reprendre toutes les scènes, ni vous détailler la construction du documentaire. Je vous redonne le synopsis, si vous ne savez pas de quoi je parle.

« En vidant l’appartement parisien de Kyoko qui vient de mourir, sa fille, Akiko découvre une pile de carnets laissés à son intention. Son journal intime, tenu depuis 1964. Chargée de cet étrange héritage, la jeune femme décide de rapporter l’urne de sa mère au Japon, dans sa famille maternelle, et découvre un territoire intime auquel elle appartient sans le savoir. Le film voyage entre deux générations de femmes, de la France de la Nouvelle Vague au Japon d’après la bombe. En cherchant le lieu où disperser les cendres, Akiko remonte le fil du temps et cherche sa place. Akiko, héroïne de ce documentaire, fait ici écho à sa mère l’actrice, à sa mère l’icône féminine des années soixante. C’est ce dialogue par-delà la mort, que le film porte comme il porte le passé de Kyoko et le destin d’Akiko. » Lire la suite Cendres 灰, retour sur le documentaire

Méditation à Nara et escale à Uji

Voici la 4ème édition et la dernière de l’année : « Je Dis Japon ! » ferme ses portes et se repose pendant l’été!

Au programme ce samedi 20 Juin, nous avons deux présentations.

Tout d’abord, en route pour le chemin de la méditation à Nara, dans le temple de Yakushi. Nous vous introduirons au Shakyo du coeur, ou, l’écriture des sutras du coeur.

Puis, nous partirons à la découverte d’Uji, ville peu connue entre Ôsaka et Kyôto. Au delà de son intérêt touristique, cette ville a été la toile de fond du célèbre Dit du Genji.

Enfin, nous terminerons par l’habituelle dégustation de thé et de biscuits et nos discutions autour de ce qui nous passionne : le Japon!

Rendez vous donc dans les locaux de l’ATMPJ (9 bis rue de la Colombette), samedi 20 Juin, à 16h à 18h.

 

APPEL A PARTICIPATION

Nous sommes toujours à la recherche de participants donc si vous avez envie de parler du Japon, que ce soit au travers d’un voyage ou d’une de vos passion, n’hésitez pas à nous écrire à l’adresse :jedisjapon@gmail.comvilla1

O-taue Matsuri 御田植祭 ou la fête du riz

Ce weekend le riz est à l’honneur au Japon, ou, plus précisément, sa plantation.

C’est à Osaka, dans le Sumiyoshi Taisha,  que le O-taue Shinji Matsuri est le plus spectaculaire. En effet, toutes les danses et rituels suivent ce qui se faisaient des années auparavant, quand les festivals n’étaient pas du folklore que l’on répète pour ne pas oublier, mais bien des pratiques prises au sérieux et essentielles au quotidien. Toutes les danses amènent vitalité et force aux jeunes pousses de riz, assurant ainsi de bonnes récoltes. Lire la suite O-taue Matsuri 御田植祭 ou la fête du riz

Sunny, par Taiyou Matsumoto

Taiyou Matsumoto est un auteur de manga singulier. Je ne me suis jamais trop intéressé aux mangas, idem pour les comics. J’ai en fait du mal à me plonger dans un récit qui s’étale sans fin sur 150 volumes, réalisé par 40 dessinateurs et scénaristes qui se passent le relais…  Et la partie la plus visible de ces deux genres de bande dessinée est représentée par ces encyclopédies illustrées, dont la collection d’un seul titre ne se satisferait même pas d’une étagère entière. Ne cherchant pas à creuser, je n’ai donc jamais eu d’attrait pour le manga avant qu’on ne me l’introduise sous un angle particulier, rendant visible les œuvres hors-types qui évoluent dans l’ombre. Enfin dans l’ombre, il faut le dire vite, car je ne vais pas non plus vous parler d’un auteur obscur introuvable, mais juste d’un auteur indépendant…

38FuJTLbkRFYKhpjyrexa2VdvgU
Sunny

Lire la suite Sunny, par Taiyou Matsumoto