Koi no bori 鯉幟 pour le jour des enfants

Quand j’entends le mot « carpe », je pense tout d’abord à la peur qu’en a Amélie Nothomb et qu’elle décrit dans La métaphysique des tubes. Une peur qu’elle réussie à communiquer parfaitement puisque, quand je voyais des carpes au Japon, je fixais leur bouches énormes en éprouvant un dégoût profond.

Puis, logiquement, je pense au Japon, à la rivière de Kamakura qui en est pleine, et aux bassins des jardins, colorés de rouge, jaune, gris et blanc.

Je pense aussi à mon questionnement en voyant des carpes flotter dans le ciel, au bout de bâtons et de ficelles. Mais, qu’ont les japonais à mettre des carpes partout!? On se laisse facilement avoir, à regarder pensivement flotter des poissons de papier multicolores, au grès du vent.

Le 5 Mai, on fête les enfants au Japon. Ce jour est appelé kodomo no hi 子供の日, le jour des enfants, où des koi no bori 鯉幟, banderoles de carpes, sont hissées dans le ciel. Ce festival est célébré partout au Japon, à l’échelle des quartiers, des villages.

ki-koinobori-saga2

Pourquoi les carpes? Selon une légende chinoise, les carpes remontent le courant du fleuve jaune et s’envolent, transformées, après leur effort, en dragons. La force, la ténacité et le courage sont donc associées aux carpes qui symbolisent alors les valeurs chères au japonais. Voilà pourquoi, lors du kodomo no hi, les familles hissent des banderoles de carpes. Ces banderoles sont composées d’autant de carpes que de membres de la famille si celle ci a au moins un garçon (c’est donc plus la fête des garçons que des enfants en général). La première carpe, magoi, grande et noire représente le père, la seconde, higoi, plus petite et rouge la mère, la troisième le premier enfant et ainsi de suite, les carpes étant de plus en plus petite en fonction de l’âge décroissant des enfants. Au sommet de la chaîne de carpes des bandes de tissus flottent, représentant la rivière et ses courants.

Ce jour là, on déguste du chimaki, un gâteau à base de riz gluant, fourré de différentes choses et emballé dans une feuille de bambou. On mange aussi du kashiwamochi,  un mochi fourré d’une pâte d’haricot rouge et enroulé par une feuille de chêne. Celle ci symbolise la prospérité car elles ne tombent que lorsque les bourgeons apparaissent.

chimaki
Chimaki
chêne
Kashiwamochi

 

 

 

 

 

 

Originellement, le 5 Mai était en Chine, la fête de l’iris, annonciatrice de l’été. L’iris a aujourd’hui toujours sa place, puisque qu’il est courant que les enfants prennent des bains d’iris, et dégustent, par petites gorgée, du saké à l’iris.

Certaines ville, comme Kazo à Saitama, se spécialisent dans la confection de carpes géantes pour l’occasion. C’est cette ville qui détient le record avec une carpe de 100 mètre et 350 kg!

Kazo-koinobori

Je trouve très beau de voir des centaines de carpes flotter dans le vent, en hommage à la légèreté des enfants qui profitent de ce jour où ils sont célébrés. On voit des koi no bori partout au Japon, pas que le 5 Mai. J’imagine que cet objet participe, l’été, aux techniques de rafraîchissement des japonais, comme le son aérien des fuurin 風鈴, annonciateur de la brise qui entre dans la maison, ou encore, les yukata légers.

koinobori_1

 

big_crbst_Shima_20-_20Koinobori_208943

 

87992201

141889798_146556c8c5_z

2416418731_1_5_1J7cFAOt

 

Sources : realjapan.org / monpetitjapon.blogspot.fr / atmpj.fr / sakura-house.com

Photos : kissingkourami.jp / denshaotaku365.com / kimikoq.skyrock.com / hi-no-de.com / realjapan.org

Publicités

2 réflexions sur « Koi no bori 鯉幟 pour le jour des enfants »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s