A la découverte de la calligraphie

Férue du Japon, je n’y connais pourtant rien en calligraphie japonaise. J’ai en tête ces beaux kanjis et hiragana peints en noir sur du papier épais. Mais c’est tout.

Je vous parlais ici de l’exposition de calligraphie qui a lieu à Toulouse en ce moment. J’y suis allée samedi. J’ai été accueilli par Yoko san, une japonaise vivant à Toulouse et présidente de l’association  » Le Ciel Lauragais » et qui a accepté de répondre à mes questions. Son objectif est de « créer un échange artistique de qualité entre la France et le Japon. Ca existe à Paris mais pas à Toulouse. C’est pour ça que j’invite des artistes japonais ici ». Ce jour là il y avait Emi san aussi, une calligraphe professionnelle tout droit venue du Japon.

encre

On vogue entre les cadres, les kakejiku 掛軸. Tout est traduit, et les artistes se font un plaisir de répondre à vos questions. En plus des dizaines d’œuvres que vous pourrez voir, les artistes ont prévu des démonstrations et des initiations le samedi de 15h à 17h.  C’est prenant de voir les rythmes différents, tantôt calmes, tantôt agressifs et le rendu final totalement différent d’une calligraphe à l’autre. C’est une expérience intense que vous conseil de découvrir.

emi
Emi san

 

Ces deux calligraphes ont commencé très jeunes. Au Japon, la calligraphie est obligatoire de 6 à 11 ans. C’est un moyen d’apprendre la concentration aux enfants. Mais, Yoko san et Emi san, ont continué et ont perfectionné leur art, leur style. L’une a le trait fin et fluet, l’autre épais et parfois brutal. Yoko san  trouve dans la calligraphie un moyen de « faire le vide, de s’apaiser« .

yoko
Yoko san

 

Chaque oeuvre exposée a été travaillé près de 100 fois avant d’être peinte sur le papier de riz (washi 和紙). Pendant les démonstrations sur le vif, les calligraphes visualisent avant de peindre. Ce qui est calligraphié représente des poèmes célèbres et importants pour les japonais, faisant partie de la vie courante, mais aussi de simple mots tels que « Neige, Lune, Fleur » (yuki 雪, tsuki 月, hana 花).  Alors, quand j’ai demandé « ici on voit des représentations de choses déjà écrites, mais est ce que vous créez des poèmes que vous calligraphiez? » Yoko san m’a tout simplement répondu « Je crée en dessinant, le poète en écrivant. Ce sont deux métiers différents. Je serais un mauvais poète »

45330606e96f93afc6cd3766f5bdac11

 

Une autre exposition sera organisé. Elle se concentrera sur le sumie 墨絵, le dessin à l’encre de Chine. Yoko san en a un exemplaire actuellement. Ces dessins, fluides, aérien, presque transparents, sont apaisants et appellent à la contemplation.

 

Aux vues de la qualité des deux expositions de Yoko san que j’ai vu, je ne raterais pas la prochaine. Je vous conseille vraiment d’aller y faire un tour, 1h30 suffit si vous êtes pressé! voici un petit rappel des horaires et autres et attention, l’expo se termine le 14 Mars!:

expo calligraphie

 

Publicités

3 réflexions sur “ A la découverte de la calligraphie ”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s